mardi 30 juillet 2013

Couleur de Sang - Nathy

Couleur de sang, de Nathy

25 pages, Nouvelle
Editions Artalys
Parution 30 mai 2013

Illustration : Nathy

Présentation de l'éditeur :
" Très librement inspirée du Petit Chaperon Rouge, cette nouvelle relate la rencontre amoureuse de deux êtres que tout aurait dû séparer, issus de deux mondes ennemis, celui de la forêt et celui des hommes, entre lesquels ne règnent qu’incompréhension et haine. Grâce à un style poétique où chaque phrase brille comme un diamant, Nathy tisse un conte inoubliable qui possède la saveur des légendes d’antan."

     Me revoici avec un peu de fantaisie pour trancher avec tout le réalisme de mes dernières lectures.

     C'est une nouvelle, donc un texte assez court, qui se lit vite. L'auteur nous entraine sur les traces d'un petit chaperon rouge, dans une forêt magique gardée par un homme-loup. La douce enfant naïve tombant inévitablement sous le charme de l'homme aux yeux topaze qui croisera son chemin. 


     Dans cette nouvelle on retrouve tous les éléments qui font le conte traditionnel du petit chaperon rouge : loup, grand-mère, chaperon rouge, panier, galette et bien sûr, chasseur. On retrouve également dans cette nouvelle, une forte inspiration de la légende de la bête du Gévaudan, surtout dans les premiers paragraphes.


     L'univers est très sombre, et je n'ai jamais réussi à trouver la forêt accueillante ou magique. Mais un lecteur plus averti saura sans doute être davantage touché que moi par l'imaginaire de l'auteur.  Les personnages me sont restés distants, mais sur un conte d'aussi peu de pages, peut-il en être autrement ?  Je n'ai pu que sourire de la naïveté de la belle et me suis grandement interrogée sur un point : comment une pucelle pourrait faire l'amour la première fois d'une façon aussi chaude, torride et innée ? Le héros, quant à lui, n'avait rien pour lui ; homme-loup blessé, luttant pour sa survie et pour la charge qui lui est imparti, il découvre que l'on peut se battre par volonté et non plus seulement par devoir. 


     Autant l'idée et l'histoire me semble très judicieusement trouvée, autant j'ai été gênée par la plume de l'auteur. Rendons à César ce qui est à César : Nathy sait particulièrement bien utiliser les adjectifs et possède un vocabulaire des plus riches. Mais paradoxalement, c'est ce qui m'a quelque peu empêcher de rentrer totalement dans le récit. Je pense que du fait que ce soit un texte très court, l'abondance de vocabulaire détaillé l'alourdit beaucoup : les contes restent toujours simples dans leur narration. 

    Je tiens à faire remarquer la magnifique couverture, réalisée par l'auteur, qui est une réelle porte d'entrée dans l'univers de la nouvelle. Il est vraiment agréable de trouver d'aussi belle couverture pour des ebooks !

     C'est un texte intéressant, chargé de références, que les amoureux de fantaisie devrait beaucoup apprécier !




 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire