mardi 13 mai 2014

Un autre monde est possible - Francis Reitter



 Un autre monde est possible, de Francis Reitter

111 pages
Editions du Chemin Vert
Parution : 13 mars 2014
Livre électronique

Présentation de l'éditeur :

" Depuis les règnes de leurs altesses républicaines, Frantz s'identifiait de plus en plus au pauvre con cassé. "
C'est la fin du monde !, un monstrueux tsunami d'origine tellurique profonde a ravagé la planète. Dans quelques sommets ou plateaux épargnés devenus îles, sur des arches immobiles, va s'inventer un monde nouveau.
Comment la petite communauté des survivants va-t-elle évoluer ? Frantz, jeune retraité qui aspirait à un monde nouveau, observe cette évolution sous tous les angles : écologie, énergétique, économie, société, psychologie, philosophie politique...
Les lecteurs ont aimé : la fable politique, les questions contemporaines, l'humour.


     Voici un livre que j'ai littéralement dévoré, moi qui pensais juste en lire quelques pages un soir avant de dormir, et le finir tranquillement le lendemain ... je me suis fait eue ! Le livre m'a happée et je l'ai lu jusqu'à la dernière page, avant de sombrer dans le sommeil.

    Frantz, jeune retraité, s'est retiré avec sa femme et son fils, dans les montagnes des Vosges. Las de la société actuelle, et se sentant totalement impuissant à faire changer les choses, il attend un grand chamboulement qui ferait basculer la situation. En attendant celui-ci, il cherche à acquérir un peu plus d’autonomie, notamment énergétique, grâce à de petites installations. Cet ancien prof de littérature se penche vers les sciences et les travaux manuels. Il ne côtoie pas vraiment ses voisins, mais tous se connaissent et se saluent. La tranquilité règne sur ces sommets, jusqu'au jour où ...
    Une nuit, alors que la campagne était calme, tout va basculer, le niveau des mers et océans va incroyablement monter, jusqu'à transformer les sommets montagneux en petites îles. Une fois, les conséquences de cette catastrophe intégrées, il faut réagir. Les habitants de l'île de Frantz se révèlent être tous solidaires et réactifs, et une nouvelle communauté soudée se forme. Le partage et l'ingénieusité sont mises à profit, comme chacunes des connaissances et compétences de chacun. Tout le monde met la main à la pâte, et un nouveau mode de gestion des ressources se met en place.
     Mais en est-il de même dans le reste du monde ?

      Ce livre est une utopie, une vraie, avec ce qui peut équivaloir à un happy end. Mais cela n'est fait pas non plus un livre niais. Au contraire, tout est basé sur la nature généreuse de l'homme. Celle que l'on a un peu oubliée dans ce monde de consommation, celle qui se révélait aux premiers temps de l'homme sur terre : quand ce dernier prélevait à la nature seulement ce dont il avait besoin pour vivre, quand il partageait sans compter ses ressources et connaissances, qu'il accueillait chez lui l'homme de passage et qu'il n'accumulait pas.
     Sur cette petite montagne, les habitants ne s'étaient pas vraiment préparés à une "fin du monde", les connaissances acquises leur servaient chaque jour. On ne trouve pas parmi eux de survivalistes qui auraient la solution à tous les problèmes survenus, par exemple. On est dans l'exact opposé de la préparation de ces derniers, qui est une préparation principalement individuelle. Ici, juste un ou deux prévoyants, mais rien de plus, c'est ce qui fait qu'une communauté se forme de façon si spontanée : aucun ne peut survivre tout seul, chacun à besoin de ce que l'autre peut lui apporter.
     J'aime beaucoup ce message de partage, et de simplicité qui se dégage de ces pages. Et je voudrais y croire.
     Mais l'auteur reste réaliste, si cette petite communauté d'une cinquantaine de personnes s'installe dans un nouveau mode de vie et de pensée confortables, il n'en va pas partout de même dans le monde. Certaines communautés seront déchirées par les conflits d'intérêts, hélàs.

    La seule chose que je regrette, c'est que ce livre est daté dans le temps. En effet, dans les premières pages, il est beaucoup question de la situation politique de notre pays à l'heure actuelle. Il comprend des jeux de mots sur les noms des personnalités politiques, des petites anecdotes, qui, compréhensibles et amusantes pour nous, ne seront l'être pour les générations futures.

    C'est une lecture que j'ai vraiment appréciée, parce que pleine d'espoir dans l'humanité. La plume de l'auteur est fluide, simple. Le texte est bien construit, et chaque chapitre donne envie de lire le suivant. Et il nous réserve quelques petits surprises au cours du récit, auxquelles nous n'aurions jamais pensé.

    J'avoue m'être un peu inquiétée, après coup, de ne pas habiter à 700mètres du niveau de la mer, mais à bien y réfléchir, s'il arrivait une catastrophe quelconque, je serais bien mal préparée pour la surmonter, car je n'ai même pas de réserve alimentaire pour un mois dans mes placards ... Niveau autonomie, ce n'est pas ça. J'aurais juste des bougies et des livres, mais sans eau ni nourriture je ne donnerais pas cher de ma peau.

     C'est un livre qui permet de mettre de la distance entre nous et les discours alarmistes. Mais surtout il permet de réfléchir sur nous-même, sur nos connaissances concrètes, sur nos capacités, et qui nous valorisent en tant qu'être humain capable ! Nous possédons tous un savoir que nous ignorons, car accumuler par-ci, par-là, il ne nous est pas directement utile dans notre quotidien.

     "Frantz n'étant misanthrope et retiré du monde que parce qu'il en attendait trop, et éternellement déçu, ne pouvait supporter le lent déclin de son pays, la lente déchéance de ses semblables, qu'en s'en éloignant et en renouant avec la nature."

     "Car quelque chose DEVAIT arriver ! Frantz n'en doutait pas. Il continuait à penser, envers et contre tout, qu'"un autre monde est possible". Frantz était un indécrottable idéaliste."

     "On avait appris à goûter l'instant présent, à apprécier les petites choses, et surtout à ne plus céder à la satisfaction impérieuse de ses désirs, générateurs de frustrations."

J'ai reçu ce livre en partenariat avec les éditions du Chemin Vert et le forum Have a break, have a book, et je les en remercie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire