lundi 10 août 2015

C'est lundi que lisez-vous ? [56]

"C'est lundi ! Que lisez-vous?" C'est une idée originale créé par Mallou, maintenant coordonnée par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j'ai lu la semaine passée :

Du 3 au 9 août 2015
Petite semaine de lecture, avec deux superbes livres plein de délicatesse sur deux sujets délicats à aborder. Une belle semaine de lecture comme je les aime !
http://www.lalecturienne.com/2015/08/la-femme-qui-ne-savait-pas-garder-les.html*http://www.lalecturienne.com/2015/08/la-peur-au-placard-perrine-leblan.html
 - La femme qui ne savait pas garder les hommes, de Vénus Khoury-Ghata
- La peur au placard, de Perrine Leblan

Ce que je suis en train de lire : 
   
 Ce livre me tentait vraiment beaucoup, je me suis donc plongée de dedans. Si sa lecture est intéressante, je sais d'avance qu'il me faudra quelques temps pour le terminer : ce n'est pas un livre qui se dévore d'une traite. Je vous en reparle très vite.


- Entre les deux il n'y a rien, de Mathieu Riboulet    

    À l’orée des années soixante-dix, à Paris, à Rome, à Berlin, les mouvements de contestation nés dans le sillage des manifestations étudiantes de 68 se posent tous peu ou prou en même temps la question du recours à la lutte armée et du passage à la clandestinité. S’ils y répondent par la négative en France, ce n’est pas le cas en Allemagne ni en Italie, mais pour les trois pays s’ouvre une décennie de violence politique ouverte ou larvée qui laissera sur le carreau des dizaines et des dizaines de morts, sans compter ceux qui, restés vivants mais devenus fantômes, s’en sont allés peupler les années quatre-vingt de leurs regrets, leurs dépressions ou leur cynisme.
    Témoin de cette décennie de rage, d’espoir et de verbe haut, le narrateur s’éveille au désir et à la conscience politique, qui sont tout un, mais quand son tour viendra d’entrer dans le grand jeu du monde, l’espoir de ses aînés se sera fracassé sur les murs de la répression ou dans des impasses meurtrières. Il aura pourtant eu, dans un bref entretemps, loisir de s’adonner aux très profonds bonheurs comme aux
grandes détresses de la politique et du corps aux côtés de tous ceux qui, de Berlin à Bologne, de Billancourt à Rome, de Stammheim à Paris, tentèrent de combattre les forces mortifères qui, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, s’attachèrent à faire de l’Europe le continent à bout de souffle où nous vivons encore.
 
 Mes prochaines lectures :

Un peu de jeunesse, un livre de poche à glisser dans mon sac et un livre qui s'annonce plein de poésie.

Et vous que lisez-vous ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire