mercredi 26 août 2015

La peur au placard - Perrine Leblan

La peur au placard, de Perrine Leblan

78 pages
Editions Oskar, Collection Court Métrage
Parution : juin 2015

4ème de couverture :
Quête d'identité - Adolescence - Intolérance
Une nouvelle année scolaire commence pour Elsa. Elle s est toujours sentie un peu mal à l aise, un peu étrangère, mais cette année, c est différent et elle ne sait pas mettre de mots sur ce qu elle ressent. Depuis quelque temps, elle se surprend à regarder un peu trop la fille du premier rang. Mais pourquoi ? Une nouvelle angoisse l envahit... 




    La puberté entrainant de brusques changements hormonaux, survient alors la question de l'attirance. C'est le moment de toutes les questions : suis-je attiré par les garçons ? par les filles ? par les deux ? est-ce normal si je suis une fille ? ou si je suis un garçon ?
     La "norme" veut que les filles aiment les garçons et les garçons aiment les filles. En restant terre à terre, c'est la logique de la reproduction de notre espèce. Si les choses étaient aussi simples, cela se saurait. Les hormones sont de petites canailles qui viennent parfois bien embrouiller les choses, sans compter le psychique qui peut s'y mettre aussi ; le tout donnant des adolescents complètement perdus, qui ne savent plus que dire ou que faire, et qui ne savent pas toujours vers qui se tourner.
    Ce petit livre sera d'une grande aide pour ces jeunes, et pour les parents ou personnels encadrants qui ne savent pas toujours comment aborder la question.

    A travers ce petit livre de Perrine Leblan, nous rencontrons Elsa, une jeune fille qui s'interroge sur son attirance pour une autre fille. Cette attirance lui plait et la désoriente tout à la fois. Son père étant très fermé sur le sujet, elle ne peut aborder le sujet à la maison, alors elle se tait et ce silence la mine.
    Heureusement Chloé, une jeune fille au caractère bien trempé, va croiser sa route, et puis il y aura aussi Phil, le meilleur de sa maman qui se révèlera un allié de taille. Tous deux vont accepter Elsa dans sa différence et l'épauler dans sa quête d'identité.

    C'est un petit livre qui prône la tolérance et l'acceptation de soi et des autres. Il cherche aussi à attirer l'attention du lecteur sur le fait que chacun n'est pas forcément ce qu'il paraît être, que l'habit ne fait pas le moine : toutes les filles féminines n'aiment pas les garçons, tous les gros durs n'aiment pas les filles, et tous les garçons-manqués ne sont pas attirés par les filles. Chacun est comme il est : à bas les stéréotypes.

    Ce petit livre est une invitation à la parole, au dialogue. Il est à glisser entre toutes les mains, car même si on n'est pas soi-même sujet à cette interrogation première, nous pouvons côtoyer des personnes qui en souffrent et qui se renferment dans ce silence. Il n'y a pas de honte à aimer quelqu'un du même sexe que soi, pas de honte à le dire, pas de honte à le vivre. La vie serait plus simple si on pouvait dire simplement à quelqu'un "je t'aime" sans être jugé sur ce sentiment... car qu'y-a-t-il de plus beau que l'amour ? N'est-ce pas ce qui fait marcher le monde ?

    Ce que j'ai beaucoup apprécié c'est que l'auteur nous amène très simplement dans la vie d'Elsa, relatant les faits, sans prendre d'autre parti que celui de la tolérance et l'écoute.
    J'ai beaucoup aimé le fait que rien n'est définitif dans ce livre : Elsa est attirée par une fille, soit, c'est une fille à un moment donné, cela ne veut pas dire que ce sera son chemin de vie ni que c'est juste une attirance passagère, c'est là au moment présent, elle en parle, le vit et c'est tout. Aucune étiquette n'est collé, juste une angoisse qui s'est envolée.

    Ce petit livre se laisse dévorer, et vous le refermer le coeur léger, avec l'envie de le laisser trainer bien en vue pour qu'un maximum de gens le lisent. C'est le genre de petit livre que je glisserai dans la bibliothèque de ma fille lorsqu'elle sera ado parce que c'est un sujet important à aborder et que souvent les livres le font mieux que les parents.


  " -"Garçon" ou "fille", c'est juste des petites boîtes qui servent à ranger les gens, mais au fond ça veut pas dire grand chose. Evidemment, la plupart du temps, y a des différences physiques qui permettent de décider dans quelle boîte on va. Sauf qu'il y a des gens qui pensent que ces trucs physiques, ça suffit pas. La seule chose qui peut dire si t'es un garçon ou une fille, c'est ce que toi tu ressens à l'intérieur. Y en a qui se sentent ni garçon ni fille, ou un peu des deux. Y aussi des garçons qui préfèrent s'habiller comme des filles et des filles qui préfèrent s'habiller comme des garçons, d'autres qui préfèrent tout mélanger. Et puis y a des gens qui sont nés garçons ou filles et qui se sentent l'inverse, alors ils changent complètement, même leur physique.
   - C'est... bizarre et vraiment compliqué...
   - Peut-être, mais c'est aussi vraiment intéressant. Et puis, de pas avoir à s'enfermer dans une petite boîte, ça permet d'être tellement plus libre !"

    "- Tu crois vraiment qu'ils me croieraient ? ET puis je m'en fous. Y a aucune honte à être lesbienne, alors ça change rien que les gens croient que je le suis.
    - C'est courageux...
    - Si tout le monde était juste un petit peu plus courageux, on vivrait tellement mieux."


Aucun commentaire:

Publier un commentaire