vendredi 30 octobre 2015

Les Belles Danses - Marie Desplechin & Jean-Michel Othoniel

Les Belles Danses, de Marie Desplechin & Jean-Michel Othoniel

70 pages
Editions Courtes et Longues
Parution : Juin 2015


4ème de couverture :
    Les plus beaux jardins sont ceux du château de Versailles. C'est ici que Jean-Michel Othoniel a installé ses Belles Danses, dans le bosquet du Théâtre d'Eau redessiné par Louis Benech.
   Des fontaines d'or qui serpentent et virevoltent dans la lumière du soleil.
   Des fontaines magiques.



    Dans ce livre Marie Depleschin nous emmène dans les Jardins de Versailles, à la découverte d'un bosquet et du travail que Jean-Michel Othoniel y a fait pour redonner vie à ce bosquet, détruit plusieurs fois et laissé à sa plus simple expression, une cercle de pelouse, depuis des années.

    Comment raconter le travail d'un artiste ? Son cheminement créatif ?
    Pour Marie Depleschin rien ne semble plus simple.
    Elle commence par remonter le temps et nous livre les premiers souvenirs qu'à l'artiste de cet exceptionnel jardin, alors qu'il est encore enfant. Puis elle nous parle de son rapport aux jardins en général, et son envie d'en faire le décor premier de ses réalisations.
    Puis elle nous parle des jardins de Versailles, de leur histoire, de cet amour si fort d'un roi pour les jardins qui a pu leur donner naissance.
    Puis elle nous parle de ce bosquet abandonné : le Théâtre d'Eau. C'est ce bosquet que le jardinier Louis Benech a envie de faire renaître, non pas à l’identique, mais en le réinventant, pour cela il fait appel à Jean-Michel Othoniel. Tout deux se mettent d'accord pour y implanter des bassins, que l'artiste se chargera de faire vivre en l'agrémentant de fontaines-oeuvres d'art : Les Belles Danses.

    Ce livre est un Beau-Livre, plus qu'un album. C'est un livre à lire et feuilleter en famille. Chaque chapitre tient sur une page et est illustré d'une reproduction pleine page d'un tableau d'époque, d'un dessin de l'artiste, d'un plan, d'une photo actuelle des jardins, d'une photo des ateliers où les fontaines prennent forment.
    Bien sûr ce livre intéressera ceux qui veulent en savoir plus sur ce bosquet mais pas seulement. Il peut être placé dans toutes les mains, car c'est avant-tout le cheminement créatif qui y est décrit. C'est un ouvrage qui pourrait être très intéressant pour les professeurs d'art plastique, pour expliquer aux élèves d'où part une idée et jusqu'où elle peut aboutir. C'est valable pour des projets aussi extraordinaire que celui-ci, mais ça l'est également pour des oeuvres plus modeste.

    On ressort de cette lecture avec un regard différent sur la recherche créative, et surtout il donne envie de créer, ou au moins de rêver à des créations folles et magnifiques.

    C'est un ouvrage vraiment bien conçu et complet : chaque point y est détaillé précisément, de façon simple et en allant à l'essentiel. Pas besoin de trop en dire, toutes les données s'emboîtent parfaitement les unes dans les autres.

    Ce livre m'a enchantée, il m'a fait parcourir en moins de deux heures, plusieurs siècles d'histoire de ces jardins superbes. Il m'a donné envie de retourner me balader dans ces jardins rêvés et conçus par un Roi qui les aimaient plus que tout, et qui ont pu voir le jour grâce à son ami et jardinier Le Nôtre.

   En 1709, le conseiller du roi, Dézalier d'Argenville, vante les fontaines dans son livre Théorie et pratique des jardins : "Ce sont elles qui en sont le principal ornement, qui animent et réveillent les jardins, et pour ainsi dire les font revivre." Mes sculptures seront donc des fontaines que je ferai installer au milieu des bassins.

    Sous son règne, la danse est sortie de la salle de bal pour se montrer sur la scène. Elle est devenue plus spectaculaire, plus aérienne. Les premiers danseurs professionnels ont fait leur apparition. On parle de "la belle danse", qui inflence toutes les cours en Europe. Le roi, qui aime la comédie-ballet plus que tout, a fait de Lully son compositeur préféré.
   C'est à ce roi danseur que je pense en imaginant mes fontaines. Je les appelerai Les Belles Danses.


    Il apparaît, il est présent, sans qu'on le voit tout à fait. C'est ainsi que je travaille depuis des années. Je ramène àa la présence des corps qu'on ne voit pas.

   Je fais glisser vingt-deux mille feuilles d'or dans les perles. Cet or, c'est la signature du Roi Soleil. Il jouera avec la lumière et dispersera sur l'eau des éclats de feu. A quatre siècles de distance, grâce à ces feuilles d'or, je participe à mon tour au rayonnement du règne. De si loi dans le temps, je travaille à ma façon pour sa gloire.

   Ses jardins lui ressemblent : ils sont une école du monde, dans laquelle on se promène en bavardant.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire