lundi 25 janvier 2016

Ressources inhumaines - Frédéric Viguier

Ressources inhumaines, de Frédéric Viguier

281 pages
Editions Albin Michel
Parution : Août 2015



4ème de couverture :
« La vie d'un hypermarché bat au rythme de l'humanité manipulée. Et cela fait vingt ans qu'elle participe à cette manipulation. »
Un univers absurde, construit sur le vide et les faux-semblants. Un premier roman implacable, glaçant, dérangeant.




     Ce livre m'a beaucoup intriguée à sa sortie de par son titre et les quelques échos que j'ai pu apercevoir de-ci de-là. Je n'ai fait que saisir une phrase ou deux au vol, car je n'aime pas lire des avis avant de découvrir un livre, je vais plutôt les lire après pour comparer mon ressenti avec celui d'autres lecteurs. Les quelques phrases lues avaient attisées encore plus ma curiosité, déjà piquée par le titre.
    Une fois le livre en main, le si-court résumé en quatrième de couverture, l'a encore augmentée. Je me suis donc rapidement plongé dans sa lecture.

     Dans ce livre nous faisons la connaissance d'une jeune femme. Tout ce que nous savons d'elle s'est qu'elle a 22 ans et traverse la vie avec une très grande indifférence. Elle arrive au rayon textile d'une grande surface, presque par hasard, sans avoir fait ce choix. Elle suit le courant, peut-être un peu trop ... Sans s'en rendre compte elle joue le jeu de sa hiérarchie, la laissant se servir d'elle pour évincer une supérieure. Tant et si bien, qu'elle arrive à un poste à responsabilité pour lequel elle n'est absolument pas formée, que personne ne lui a appris à gérer, et où il va lui falloir faire semblant pour ne pas que les autres remarquent son incompétence. Et cela va durer plus de vingt ans.

    Ce livre semble avoir déranger beaucoup de ses lecteurs... je n'ai pas vraiment saisi pourquoi. Est-ce parce qu'il lève le voile sur un lieu qu'ils fréquentent régulièrement, peut-être même plusieurs fois par semaine ? La gestion interne du personnel, les politiques de gestion des dirigeants, ne m'ont semblé que décrites avec réalisme, et sans jugement.
    Peut-être parce que j'ai travaillé quelques semaines dans une grande surface, et que j'en ai vu certains aspects étant plus jeunes ? Et que parce qu'ainsi j'ai pu projeter les mots de l'auteur dans un lieu que je connaissais et dont j'avais déjà remarqué les incohérences ?
    Rien de ce qui décrit l'univers de la grande surface, de ses techniques d'approvisionnement, de sa gestion du personnel ne m'a choqué. Rien ne m'a paru absurde, même si quelque part cela devrait l'être...

    Ce qui m'a le plus choquée, si tenté que quelque chose ait pu me choquer dans ce livre, s'est cette indifférence permanente de cette jeune femme. Comment à 22 ans peut-on être ainsi indifférent à la vie qui se déroule autour de nous ? Comment peut-on se laisser devenir spectateur de sa propre vie ? Cette jeune femme nous apparait froide, blasée, sans aucun amour-propre et sans aucune valeur morale. Elle ne réfléchit pas au conséquence de ses actes.
    Est-elle le parfait exemple de cette génération qui a grandi avec tout à portée de main, obtenant tout sans effort et sans en mesurer la valeur ? Sans aucun doute.

    Ce livre s'est laissé lire vraiment facilement, je l'ai traversé avec autant de passivité que cette jeune femme traverse sa vie, ce qui pour moi est une preuve du talent de l'auteur. Il a su être parfaitement fidèle à son personnage et au message qu'il souhaitait faire passer, à travers une écriture simple et efficace. Passivité ne veut certainement pas dire ennui présentement !
    C'est un roman qui dépeint notre société actuelle sans voile dans toute sa vérité. Je comprends que cela puisse être dérangeant ...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire