dimanche 7 février 2016

Par bonheur, le lait - Neil Gaiman & Boulet

Par bonheur, le lait, de Neil Gaiman

Illustré par Boulet
Traduit de l'anglais par Patrick Marcel

108 pages
Editions Au Diable Vauvert
Parution : Novembre 2015

4ème de couverture :
      J'étais tout au bout de la planche, face à une mort certaine, quand une échelle de corde m'a cogné l'épaule et une voix grave et sonore a crié : "vite ! Grimpez !"
     Un concentré d'action tonique et débridée, hommage au petit-déjeuner, à l'imagination, aux enfants et à tous les parents. 



    Avec ce livre Neil Gaiman veut changer le regard des enfants sur les papas. Derrière l'homme parfois distant, qui lit son journal, peu de personnes le savent : se cache un super-héro, qui est régulièrement amené à sauver le monde. C'est d'ailleurs pour cela que le père reste souvent à lire son journal tranquillement, parce qu'il faut qu'il se remette de sa dernière super-mission. Super-mission qui comme son nom le laisse présager, lui tombe dessus à l'improviste, au moment où ça l'arrange le moins et où il a déjà quelque chose à faire.

     Ce père-là, parti acheté du lait en urgence pour le petit-déjeuner de ses enfants (et pour son thé du matin) se retrouve engagé malgré lui dans une aventure incroyable. Pendant ce temps-là, ses enfants voyant le temps s'écouler, s'inquiètent ; il le sait. Il pense à eux et à leur petit-déjeuner à chaque instant, faisant de son mieux pour protéger sa précieuse bouteille de lait. Va-t-il pouvoir la ramener intacte à la maison ? Va-t-il pouvoir sauver le monde et leur petit-déjeuner ?
     Lorsqu'il rentre à la maison, car oui tous les super-pères reviennent à la maison, il décide de leur raconter toute la vérité. Il leur raconte les extra-terrestres, les pirates, le Transporte-personne-par-boule-flottante, le bouton, etc ... Il ne leur cache aucuns détails de sa folle aventure.

    J'ai adoré suivre les aventures de ce père à l'apparence si tranquille. Neil Gaiman nous entraine avec lui, dans une aventure passionnante, dont les rebondissements sont plus dingues et incongrus les uns que les autres. Et pourtant on y croit ! Le récit est rythmé, rapide ; il ne nous laisse jamais le temps de nous ennuyer, ni de réfléchir sur la logique ou la possibilité des évènements.
    En le lisant on redevient un enfant qui écoute son père, captivé par ses paroles.
     Lorsque j'étais petite il y avait deux romans que mon papa nous lisait à moi et à mon frère. Ils étaient assez longs donc il les divisait en plusieurs parties. C'était souvent sur un week-end ou pendant des vacances. J'aimais beaucoup ces moments privilégiés. Je me dis aujourd'hui que ce roman aurait pu être un de ces livres. Mon papa aurait pris beaucoup de plaisir à nous lire et surtout à le partager avec nous. Il y a dans son écriture une touche typiquement masculine qui en fait un livre idéal pour les moments de complicité père-enfants.

    En plus d'être drôle et un peu fou, ce livre est superbement illustré par Boulet. L'illustrateur a su saisir l'essence de l'histoire de Neil Gaiman, transposant en images les descriptions tacites de l'auteur. Leur deux univers se fondent pour ne devenir plus qu'un. Serait-il père tous les deux ?

    C'est une merveilleuse histoire à mettre dans les mains des jeunes lecteurs. Je le conseille également à tous les nostalgiques de leur papa, qui aurait envie de se rappeler un peu leur enfance et l'éclairer à une nouvelle lumière.
    C'est également un parfait cadeau pour la fête des pères, afin de rapprocher la famille autour de la lecture, dans une belle complicité.


"Mangez vos céréales, a-t-il dit. Souvenez-vous, il y a répétition cet après-midi.
- On ne peut pas manger nos céréales, a dit ma soeur avec tristesse.
- Je ne vois pas pourquoi, a dit mon père. Nous avons plein de céréales. Il y a des CrocMiams et du muesli. On a des bols. On a des cuillères. C'est excellent, les cuillères. Un peu comme les fourchettes, mais pas tout à fait aussi pointu.
- Pas de lait, ai-je annoncé.
- Pas de lait", a confirmé ma soeur.
J'ai regardé mon père y réfléchir. Il a paru vouloir nous suggérer de manger au petit-déjeuner quelque chose qui n'avait pas besoin de lait, des saucisses pas exemple, mais ensuite, il a eu l'air de se souvenir que, sans lait, il ne pouvait pas prendre son thé. Il avait sa tête des moments "pas de thé". 

Quand nous avons arrêté d'être projetés à travers tout le ciel, il faisait nuit et, selon le professeur Steg, nous n'étions revenus en arrière que d'un millier d'années. La lune était presque pleine.
- Je suis encore plus loin de mes enfants et de notre petit-déjeuner, ai-je dit.

- Vous avez votre lait, a-t-il dit. Tant qu'il y a du lait, il y a de l'espoir. Ah ! Là-bas ! On dirait une plate-forme d'atterrissage idéale pour des savants voyageant dans le temps en Transporte-personne-par-boule-flottante.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire