mardi 4 octobre 2016

Les larmes de la maîtresse - Véronique Delamarre Bellégo

Les larmes de la maîtresse, de Véronique Delamarre Bellégo

151 pages
Oskar Editeur
Parution : Avril 2016

4ème de couverture :
    Une école, une nouvelle maîtresse, des copains : c'est la rentrée !
    L'année commence bien pour Marie et ses amis, dans la classe de la merveilleuse Julia Jour. Bonne humeur, joie de vivre, blagues et éclats de rire, comédie musicale, chaperon rouge et méchant loup, jokers, soleil et météo, ce CM1 ne ressemble à aucun autre.
    Jusqu'au jour où Julia arrive à l'école les joues couvertes de larmes. Son chagrin déteint vite sur ses élèves. Que se passe-t-il ? Qui la fait souffrir ? Les enfants vont mener l'enquête et voler au secours de leur maîtresse tant aimée.


    La rentrée des classes, c'est toujours un moment inquiétant : nouvelle classe, nouveau programme, nouvelle façon de travailler … C'est encore plus inquiétant dans les écoles où les classes peuvent se faire et se défaire au fil des années et qu'il y a plusieurs maîtres et maîtresses par niveau.
C'est le cas dans l'école de Marie, Manon et Rose : il y a deux classes par niveau, alors il faut croiser les doigts très fort en espérant avoir le bon professeur, surtout en CM1 où il est possible de se retrouver avec Sergent-le-Terrible, le directeur de l'école. Et il ne rigole pas : ni avec la discipline, ni avec le programme.
    Mais cette année, il y a du changement dans l'équipe pédagogique : une jeune et jolie maîtresse, en robe rouge à pois et escarpins rouge fait son apparition.
    Il paraîtrait que dans sa classe on apprend en s'amusant, qu'il y aurait des boites magiques et qu'une comédie musicale sur le Petit Chaperon Rouge se préparerait...
    Marie et ses amis auront-ils la chance d'être dans la classe de cette jolie maîtresse ? Peut-on vraiment apprendre en s'amusant ?

    A travers ce roman, Véronique Delamarre Bellégo, glisse le message qu'il est plus facile d'apprendre en s'amusant et que la confiance est importante. Un enfant en qui on a confiance est un enfant qui évolue plus vite , qui a envie d'apprendre et d'aller à l'école. C'est une piste qui devrait être davantage explorée dans l'éducation nationale, surtout dans le primaire.
    J'ai adoré l'idée des boites magiques de la maîtresse. Cela me donne envie en tant que maman, de mettre ce livre entre les mains de toutes les enseignants qu'aura ma fille au cours de sa scolarité pour qu'ils les mettent en place. Cela me donne aussi envie d'en mettre en place à la maison, pas les mêmes car elles ne seraient pas vraiment adaptées, mais sous d'autres formes (sachant qu'on en a déjà une spéciale jeux).

   L'histoire est passionnante, l'écriture de l'auteur sait captiver notre attention et nous emmener toujours plus loin dans la lecture ; et c'est exactement ce qu'il faut pour un livre jeunesse. Si le jeune lecteur s'ennuie, c'est le drame.
    J'ai beaucoup aimé les différents thèmes abordés dans le livre : amitié, jalousie, racisme... Ils sont traités de façon très légère, avec humour et suffisamment rapidement pour que le message passe sans être moralisateur et devenir pénible au lecteur. C'est très bien joué de la part de l'auteur.
    Je suis plus mitigé quant à l'enquête. La fin du livre, la réflexion sur le Loup, est très intéressante, c'est une jolie métaphore et un joli message.
    Mais l'enquête en elle-même … c'est plus compliqué. D'un côté j'ai adoré, j'ai plongé tête baissé dedans, mais de l'autre côté, avec le recul et mon regard de maman, le non-respect de la vie privée me gêne un petit peu. Il est important de respecter le silence des autres, surtout celui des grandes personnes quand on est un enfant. Une maîtresse n'est pas une copine et la vie qu'elle mène en dehors de l'école ne regarde qu'elle. Heureusement les éléments du livre sont assez imaginaires et romancés pour que cela ne puisse pas vraiment se passer dans la vraie vie. Je sais que je chipote un petit peu. C'est le seul petit bémol que je mettrais à ce livre.

    C'était une lecture fraîche, légère, avec des personnages attachants. Beaucoup de joie et de vie dans ce roman jeunesse. Un livre à lire avant la rentrée des classes pour rêver un petit peu. Mais aussi un livre a prêter aux maîtresses pour leur donner des idées et les mettre en garde contre la curiosité de plus en plus poussée des enfants.
    C'est un livre que j'ai beaucoup aimé, que je vais glisser dans la bibliothèque « pour quand elle sera plus grande » de ma fille.


   - Pendant quelques minutes, chacun pourra fermer ses livres et ses cahiers, ranger ses crayons, poser sa tête sur ses mains ou regarder le ciel, et faire le rêve de son choix : bâiller, somnoler, sourire, partir en songes vers des pays merveilleux et lointains, s'endormir même. Mais il y a une condition : silence absolu. Interdiction de prononcer le moindre mot tant que la boîte est ouverte. Sinon vous risquez de faire fuir les rêves de vos camarades avant qu'ils ne soient finis et ça, c'est vraiment désagréable.

   - Son robinet à chagrin est grand ouvert, a soupiré Antoine, derrière moi. Comment faire pour le fermer ?
Tous les garçons de sentaient soudain des vocations de plombiers.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire