mercredi 8 février 2017

Adèle et les noces de la Reine Margot - Silène Edgar

Adèle et les noces de la Reine Margot, de Silène Edgar

285 pages
Editions Castelmore
Parution : Avril 2015

4ème de couverture :
    Adèle en a marre de ses parents, qui ne comprennent jamais rien. Au collège, elle préfère passer du temps avec ses copines qu'étudier. Aussi, quand elle apprend qu'elle doit lire un livre en entier pendant les vacances, c'est une véritable punition...
    Mais dans ses rêves, la nuit, l'impossible se produit ! Adèle est à la Cour, au XVIème soècle, au milieu des personnages de la Reine Margot ! Elle rencontre même un beau jeune homme ...
    Ce qu'Adèle vit en 1572 vaut-il la peine de sacrifier ses amis et sa famille de 2015 ?



    Lorsque j'ai croisé ce livre sur les rayons de la bibliothèque, je ne pouvais que l'emprunter ! Comment résister à un livre avec son prénom dans le titre ? Vous y arrivez vous ? Moi jamais. Mais peut-être est-ce aussi parce que rares sont les héroïnes portant ce prénom ...

    Il y a dans la vie de chacun d'entre nous un livre qui a tout changé. Un roman rencontré par hasard ou une lecture imposée, qui nous a bouleversé, fait avancer, fait réfléchir et fait grandir. C'est le cas ici pour Adèle, une jeune adolescente un peu perdue, encore très touchée par le décès de sa grand-mère, a qui son professeur impose de le lire La Reine Margot de Dumas pendant les vacances scolaires. Pas vraiment ravie, Adèle se laisse prendre au jeu, après qu'a-t-elle d'autres à faire de plus ? A la maison la situation est compliquée depuis la mort de mamie, avec ses amies, tout n'est pas simple... ce roman est une façon de s'évader. En se livrant aux mots, Adèle n'imaginait pas autant ouvrir les portes de son imagination, elle n'imaginait pas se retrouver en personne à la cour du Roi pour les noces de Margot, encore moins tomber amoureuse, se passionner pour la médecine, ...

    Dans ce livre Silène Edgar titille de le lecteur, lui donne envie de toujours en savoir plus, d'approfondir ses connaissances, d'aller au bout de ses curiosités. A travers sa plume, elle sait captiver le jeune lecteur et le guider vers de nouveaux horizons. C'est un roman comme j'aurais adoré en lire lorsque j'étais plus jeune. En tant qu'adulte, je ne me suis pas ennuyée pour autant, j'ai reçu sûrement différemment les messages que souhaite faire passer l'auteur, mais elle a su attirer mon attention de parent à des problèmes adolescents.
    Tous les adolescents se cherchent, c'est le thème central de la majorité des romans pour adolescents, et chaque auteur a sa façon de présenter les choses, de mettre tels ou tels mots plutôt que tels autres sur les émotions, a ses manières de contourner la situation ou au contraire de foncer droit dedans.
    Ici Silène Edgar attire la vigilance sur la facilité qu'ont les jeunes a se déconnecter de la réalité, et si rêver n'est pas dangereux, il faut garder les pieds sur terre. Ici Adèle finit par complètement perdre pied, la réalité lui semble si douloureuse et fade par rapport aux histoires qu'elle se raconte, qu'elle ne saura plus faire la part des choses et ira jusqu'à l'irréparable. La vigilance de son entourage aurait pu prévenir le danger, la ramener en douceur dans le monde réel, mais cela n'a pas été le cas.
     La lecture n'est pas dangereuse, cela aurait pu être un film, une correspondance, un objet, n'importe quoi qui aurait entrainé Adèle dans son imaginaire. Elle fuit le monde, elle s'enferme dans ses rêves.

    Les sauts dans l'histoire apporte de la richesse à ce livre, il charme le lecteur, l'entraine à la suite d'Adèle dans cette histoire captivante. Jouer sur les deux tableaux, rêve - réalité, est très bien joué de la part de l'auteur, ce schéma interpelle plus facilement le jeune lecteur et permet de lui faire passer beaucoup plus facilement les messages ; d'autant plus qu'il a l'impression de vivre plusieurs histoires en une seule lecture, ce qui le satisfait doublement quand il s'agit d'un jeune réticent à la lecture.

     J'ai apprécié le fait que les connaissances se croisent. Dans le milieu scolaire, l'apprentissage est cloisonné, et rare sont les fois où les connaissances d'une matière sont utiles à une autre.
    Dans ce livre, l'auteur montre à son lecteur que dans la vie, les cloisons n'existent plus, ici la science se mêle à l'histoire qui elle-même se mêle à la littérature ; cela donne envie au lecteur d'étendre ses connaissances à tous les domaines et lui dit que nulle connaissance est inutile et qu'un jour chacune d'entre elle peut être utile, voir même : peut vous sauver la vie.

Ce roman a été un agréable moment de lecture. Je serais ravie de pouvoir lire d'autres romans de cet auteur.

    En tout cas, Adèle ne veut plus dormir, elle est curieuse d'en apprendre plus sur le complot qu'elle a cru découvrir : sans doute Alexandre Dumas en parle-t-il, elle ne peut pas avoir simplement inventé ça dans son rêve. Et puis elle veut chercher si Samuel est dans le livre. A-t-il vraiment existé ? Peut-être que ce n'est que le produit de son imagination ? Elle lit donc, avec de plus en plus de passion, jusqu'au matin, pour essayer de trouver des réponses. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire