jeudi 18 janvier 2018

Blaise Cyrano, le raté magnifique - Arthur Ténor

Blaise Cyrano, le raté magnifique, de Arthur Ténor

192 pages
Oskar Editeur, Collection La Vie
Parution : Septembre 2017

4ème de couverture :
    Blaise Cyrano, élève de 3e au collège Rostand, surnommé "Monsieur Molière" pour sa maîtrise de la langue française et sa grande culture littéraire, ne laisse personne indifférent. Car en plus d'un fort tempérament et d'une répartie toujours cinglante, le garçon est affublé d'un menton plus long que la moyenne. Bien que son esprit supérieur compense son complexe physique, Blaise n'ose déclarer sa flamme à Roxane. Par surcroît, la belle n'a d'yeux que pour Christian Neuvillette, lequel brille davantage par sa beauté que par son intelligence.
    Mais par amour pour Roxane, ce Cyrano 2.0 se résigne à aider son rival en écrivant à sa place des missives enflammées... 


    Cyrano de Bergerac, le classique d'Edmond Rostand, cela vous dit bien quelque chose ? Et si on vous demande ce que cela vous évoque : histoire de cape et d'épées, texte en vers, classique de la littérature, 19ème siècle,... sont des termes qui viennent spontanément à l'esprit.
    A partir de là, on imagine mal comment cette histoire d'adultes d'un autre temps pourrait être transposé dans le monde adolescent de notre époque. C'est pourtant le pari osé qu'a fait Arthur Ténor en écrivant ce roman.

    J'étais fort curieuse de voir comment il allait tourner les choses pour les rendre cohérentes tout en restant proche du texte originel et que ce soit lisible par des adolescents. Et je peux vous dire que j'ai été littéralement soufflée ! C'est à la fois simple et recherché.

    Dans ce roman, Arthur Ténor a créé un Cyrano aussi puissant que celui de Rostand ; si différents ils sont pourtant si semblables, et l'un ne renierait pas l'autre s'ils se croisaient. L'auteur a eu l'habileté de changer quelque peu la particularité physique de son personnage et il ne s'agit plus ici du nez mais du menton. Ce changement lui permet de déployer son imagination en imitant son aîné sans pour autant le copier, ce qui est très appréciable.
     Il a également su nous rendre ici Christian plus sympathique que dans la version originale, où il brille par sa fadeur et son commun. Dans ce texte, Christian est un adolescent pourvu d'un certain caractère qui parfois n'hésite pas à bousculer Cyrano, ce qui est fort plaisant il faut bien dire.

    Lire ce texte, mets en lumière certains traits des personnages et certaines situations de la pièce inspiratrice. Il permet de mettre en perspective deux époques, et nous rappelle également qu'autrefois l'âge adulte survenait plus vite et que les personnages de Rostand ne sont pas si éloignés que cela de ceux d'Arthur Ténor. A bien y regardé, sur certains points les adolescents de nos jours ne sont pas si différents de nos aïeux, et certains ont tout autant de liberté que les adultes de l'époque.

    Je ne peux guère vous parlez de ce roman en détails sans prendre le risque de vous gâcher la surprise, ce qui serait fort dommage. Mais croyez-moi Arthur Ténor a réussi un joli tour de force en nous livrant un roman bien pensé, bien écrit et bien mené.
J'ai pris énormément de plaisir à lire ce roman, et je vous le conseille.

    C'est  une belle façon d'aborder ce classique incontournable de la littérature française, en nous montrant que l'histoire de base est intemporelle et que donc ce classique ne saurait être démodé !