samedi 27 juillet 2013

L'Oreille du Libraire, François Perche

L'oreille du libraire, de François Perche

136 pages
HB Editions
Année de parution 2003

4ème de couverture:
"Depuis que j'ai ouvert cette librairie, j'ai toujours été entouré de voix.
Dès les premiers jours, les gens découvraient un libraire qui savait les écouter.
Plus tard, j'ai appris que l'on m'appelait " la grande oreille ".
J'ai acheté un cahier.
Besogneux du crayon et du papier, j'écrivais chaque jour le produit du rapt quotidien, les paroles ramassées au-dessus des livres, les confidences, les cris, les murmures, les angoisses, les appels au secours.
J'ai la même perception pour " mes " voix que pour les livres que j'expose dans les rayons et sur les tables : une commune vibration d'humanité."


     Voici un autre livre que j'ai découvert sur les rayons de la bibliothèque. Je n'en avais jamais entendu parler mais le titre m'a accroché, je suis donc repartie avec.

     Nous sommes une fois de plus dans le réalisme. L'auteur François Perche a été libraire un temps et nous livre ici des extraits pris sur le vif de cette période de sa vie, où les gens de son quartier passait dans sa librairie dans l'espoir d'y trouver une oreille attentive.
    François était là, toujours là, à tendre son oreille et à soulager ses esprits qui débordaient. Mais à trop écouter tous ses mots qui débordent, son esprit se trouve envahi et possédé. Comment résister à toutes ces voix ? Comment faire survivre l'homme qu'il est au milieu de tout ce brouhaha de vie ? Il lui vient alors l'idée d'écrire, de poser tous ces mots, toutes ces voix sur un cahier. Il collecte ses petits moments de vies, un à un, par petites brides pour reposer son esprit.
    Ce sont ces moments là qu'il nous livre ici, dans leur plus simple appareil. Juste des mots et des tranches de vies et de souvenirs.
     Le livre est entrecoupé de passages plus personnels, toutes ces Voix font remonter des souvenirs enfouis dans la mémoire de l'auteur. Il les transcrit au fil de sa pensée, rebondissant sur les mots des Voix.
   
    François Perche est un auteur de poésie et de théâtre et cela se sent à travers son écriture. Sa plume est simple et l'oralité révèle toute la force de ses phrases. De plus il a pris soin de structurer la forme même de ce texte, pour mieux mettre ses mots en valeur et insufflé du rythme à son écrit.
     Ce ouvrage demeure assez brut dans sa structure et son écriture, comme un travail préparatoire, un cliché pris sur le vif attendant d'être affiné et modelé. Il serait une matière première idéale pour un orchestre de lecteurs ou pour une troupe de théâtre.

     J'ai passé un agréable moment en compagnie de François et de toutes ses Voix, ils m'ont tour à tour fait sourire ou réfléchir sur ma propre vie. Les personnages sont attachants, tout en restant anonyme, ils le sont car c'est l'humanité au travers d'eux qui est attachante. L'humanité est fascinante et sensible, nous la heurtons trop souvent, et oublions d'en prendre soin.

" Écrire c'est comme se trouver devant une immensité où grouillent de fulgurantes images, des paroles égarées, des lambeaux de vie, qui flottent à la dérive.
L'écriture, c'est le temps, c'est la vie.
L'écriture abolit le temps."


"Il y a des gens qui se tiennent immobiles, que l'on croit immobiles, et pourtant ce sont des errants, ils errent entre le passé, le présent et le futur. Ils fuient le monde dans l'immobilité ; ils ne sont pas sédentaires, ils sont à la limite de la vie, ils nous échappent toujours."

" Mais je ne vis pas pour mes souvenirs.
Ils sont là, je les garde, ça fait du bien. Mais la vie, c'est aussi le reste.
Il y a tout le reste."



 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire