lundi 9 décembre 2013

Une vie dans un tableau - Aline Tosca

Une vie dans un tableau, de Aline Tosca

 200 pages environ (comptées sur mon kindle)
Editions VFB
Parution : octobre 2013
Livre électronique

Présentation de l'éditeur :
Aline Tosca est l’auteur de nombreuses nouvelles érotiques parues aux éditions de La Musardine. Si l’écriture érotique est son domaine de préférence, elle aime aussi raconter des histoires sentimentales. Une vie dans un tableau est un recueil de nouvelles et de poésies qui s’inscrit dans ce qu’on appelle aujourd’hui la catégorie Romance. Passion, jalousie, tendresse, douceur : la palette des sentiments est grande et se décline de multiples façons. Des histoires qui racontent comment la jalousie peut pousser au pire, des histoires d’amour tendre, des histoires nostalgiques, des poèmes modernes comme le slam, des poèmes qui vont chercher dans la tradition de la poésie d’amour orientale, comme le ghazal. Un recueil homogène qui ose le mélange des genres, comme on faisait du temps des livres romantiques.

     J'ai reçu ce livre en partenariat avec les éditions VFB et le forum Have a Break, Have a book, et je les en remercie. 
     Ce livre se compose de deux parties : une première comportant des nouvelles et qui représente un peu plus des trois quarts du livre, et une seconde comportant des poèmes. J'ai plus accroché sur la première, même si je l'ai trouvé assez déroutante. Je m'explique : les derniers recueils de nouvelles que j'ai lu étaient des recueils basés sur un seul thème, écrites et conçues pour être ensemble, ici ce n'est pas le cas. Il y a bien quelques thèmes communs entre certaines nouvelles, mais cela reste épisodique.
      Dans ce recueil, on plus l'impression de lire une journal de ressenti, un peu comme si on nous mettait entre les mains le carnet de notes de l'auteur. Il n'y a pas de construction précise du recueil, les nouvelles se suivent et ne se ressemblent pas.

      A travers ces différentes nouvelles l'auteure teste différentes approches et techniques d'écriture, et il faut bien l'avouer, cela marche plutôt pas mal, sa plume est souple et sait s'adapter au cadre littéraire choisi.
     Pour certains textes de cette première partie, je ne trouve pas que le terme "nouvelle" soit adéquat, "poème en prose" m'aurait semblé plus juste, car Aline Tosca joue beaucoup sur la sonorité et l'écho poétique des mots et du langage.

      J'ai commencé à lire le recueil en lecture silencieuse, mais je me suis vite aperçue que l'oralité était nécessaire à certains textes, et de par là même de leur construction : phrase courte, ponctuation omniprésente ou parfois totalement absente. Ses mots ont besoin de sonner et de résonner.
      J'avoue que peu de ces textes m'ont réellement touchée, mais peut-être tout simplement parce qu'ils n'ont pas fait écho avec ma vie personnelle. J'ai cette impression que Aline Tosca nous livre des boîtes de mots, dans lesquelles nous pouvons ranger nos émotions, nos souvenirs et notre ressenti ; il y a beaucoup de place derrière ses mots. Mais ce n'est pas toujours le cas, dans certains textes, les mots prennent toute la place et nous ne sommes plus que lecteur-spectateur.
      Il y a dans certains textes une part d'absurde, de rêve ?, une certaine continuité discontinue, une logique illogique qui nous captent et égarent le lecteur dans les méandres de sa propre pensée. Les mots en deviennent fascinants. 

      Si je devais préférer une nouvelle aux autres, ce serait "nos solitudes"... il ne fait aucun doute que c'est celle qui m'a le plus touchée.

     Je vois ce recueil comme une sorte de performance littéraire où l'auteure s'essaye à différents styles, se laisse aller au fil de son inspiration. Il serait très intéressant d'y adjoindre une performance scénique...
     C'est un recueil à lire pour la gourmandise des mots, pour des amoureux des mots.




      "La magie vivra si je me donne la peine d'être à la hauteur d'un amour qui n'a pas de prix, ne s'évalue pas, ne se marchande pas, inestimable absolu infini."

     "Elle lui sourit. Comme à un enfant. Comme à un amant. Comme à un amour qu'on a du mal à apprivoiser."

     "Si vous cherchez l'histoire dans les prises de vues ce n'est pas la peine de lire. Au mieux il y a des images, un bout de pellicule qui fige ou qui anime, des impressions, aux mieux se sont des moments de vie et il n'y a pas plus d'histoire dans ces clichés que dans la vie. Vous voyez, c'est juste des gens et il n'y a pas plus d'histoire dans leur vie que dans la vôtre. Et même, il y en a moins au fils des mots. Alors vivez si vous m'en croyez et par procuration le moins possible ..."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire