mercredi 14 mai 2014

Et si on se prostituait ? - Eva Giraud

Et si on se prostituait ? de Eva Giraud

65 pages
Editeur : EdiBitch
Parution : 1er mai 2014
Livre électronique

Présentation de l'éditeur :
« J'ai cherché du boulot pendant quatre ans. Avec acharnement. Deux heures par jour, cinq jours par semaine. Je n’ai pas eu un seul entretien. J’ai postulé, cent fois, deux-cents fois, postulé encore. Et puis j'ai arrêté de compter.
J'ai 25 ans, je suis au chômage mais ne touche pas le chômage. Que faire quand on ne rentre pas dans les cases ? Eh bien, on fait comme moi, et comme des milliers d'autres : on cherche, on s'occupe, on travaille pour la gloire, et on prend ça avec humour. Et surtout, parfois, on a envie d'étrangler les gens qui nous disent que "quand on veut on peut". »
Elle s’appelle Eva, elle cherche du travail depuis… toujours ? Oui c’est plus ou moins ça. Vous connaissez tous une « Eva », nous sommes tous concernés de près ou de loin par sa situation. Heureusement, Jean-Claude est là pour la soutenir. Et c’est avec humour, bien qu’avec réalisme également, qu’elle nous présente son aventure, pour ne pas dire son parcours du combattant.
« Et si on se prostituait » est un témoignage qui n’emploie pas la langue de bois et qui dénonce une réalité qui ne fait pas toujours plaisir… Mais Eva a le mérite de s’exprimer sur le sujet dans cette nouvelle dont le ton léger permet de ne pas dramatiser le sujet abordé. Car même si la situation est effectivement dramatique pour nombre de jeunes comme Eva, elle a su présenter son expérience avec du recul et un cynisme qui lui va tellement bien…


     Attention il est fortement déconseillé de lire ce livre si vous êtes en pleine déprime parce que votre recherche d'emploi n'aboutit pas!

     Dans cette nouvelle Eva Giraud nous raconte mois après mois, les péripéties de la recherche d'emploi d'une jeune fille titulaire d'un BTS Edition. Chaque chapitre nous résume un mois de sa vie, presque totalement dédiée à la quête d'un emploi. Pendant 4 ans, cette jeune fille motivée, va essayer de tenir le coup et de s'accrocher à son rêve. Aboutira-t-elle enfin au précieux sésame : un contrat dans l'édition ?

     S'il vaut mieux que vous passiez votre route, pour ne pas finir de perdre le peu de motivation qu'il vous reste, si vous êtes dans la même situation qu'elle, en revanche il est très intéressant de le lire lorsque l'on est au lycée, prêt à se trouver une poursuite d'étude. Car la conclusion que cette demoiselle finit par tirer, c'est que son diplôme qui lui a coûté un bras ne lui sert à rien : il n'est pas reconnu dans le monde de l'édition, pire encore : personne ne sait qu'il existe ! De plus ce n'est pas un secteur porteur, et même avec une première expérience complète dans le milieu, elle ne peut trouver un emploi car : il n'y a pas de postes à pourvoir.
     C'est un texte qui peut aider à faire la part des choses entre les rêves et la triste réalité du marché de l'emploi. Bien sûr il est très difficile de prendre du recul lorsque l'on sort du lycée, la tête pleine de rêves et de grandes envies de liberté. "A 18 ans le monde nous appartient !", du moins c'est ce que l'on pense. Mais que nenni, et la vie vous remettra bien vite les pieds sur terre, alors autant essayer de les garder les plus près du sol dès le départ, la chute sera moins rude, et la perte de temps plus réduite (je ne parlerai même pas de l'aspect financier).
     Cette jeune femme souhaite devenir directrice éditoriale, c'est du moins le type de poste qu'on lui a promis à la fin de son cursus. Et comme elle y croit dur comme fer, elle recherche principalement dans sa branche, car c'est pour ça qu'elle est formée et c'est là qu'elle sera le plus compétente ; et limite les recherches annexes, car si elle n'utilise pas son diplôme sur un poste approprié dans les trois ou quatre ans, il sera perçu comme caduc. Du coup, elle s'inflige une vraie discipline : deux heures de candidatures tous les jours, plus des cours pour des formations complémentaires, et s'y tient !
     A côté de ça elle écrit des romans et va vite découvrir que les acquis de ses études vont surtout lui servir à promouvoir son roman parce que son éditeur ne s'investit pas dans une vraie promo de son livre.
Heureusement pour elle : s'est une battante et ses parents sont là pour lasoutenir.

     Dans cette nouvelle Eva Giraud nous dépeint un tableau assez noire de la recherche d'emploi, intéressant mais qu'il faut toutefois prendre avec des pincettes : il s'applique au milieu de l'édition, milieu fermé par excellence. Bien sûr d'autres secteurs d'embauche sont aussi bouchés, mais heureusement ce n'est pas le cas de tous ! D'où le fait qu'il faut bien analyser ces paramètres avant de se lancer dans ses études, et ne pas hésiter à se ré-orienter au besoin, ou à suivre un double-cursus.

     Ce qui est agréable, c'est que Eva Giraud ne rend pas son texte déprimant pour autant , il est teinté de touches d'humour et le rythme est entrainant. Une certaine joie de vivre perle à travers ces lignes et l'espoir est omniprésent.

     Une lecture plaisante, qui fait sourire et à faire lire aux jeunes qui veulent se lancer tête baissée dans le monde de l'édition !

     "Le week-end est réservé à la détente, à l'écriture et aux amis : il paraît que c'est important d'avoir une vie sociale."

     "Je commence à comprendre pourquoi le prof de gestion de BTS nous disait saouvent : "Bah, j'espère que vous ne rêvez pas trop ! C'est un milieu de pourris. Mais ce n'est pas trop tard pour penser à vous reconvertir.""

     "Pars donc t'aérer l'esprit, mon petit, tu finiras bien par trouver un avenir."

     "C'est vraiment étrange : être déçue de ne pas pouvoir postuler à un emploi mal payé qui ne vous plaît pas. Vraiment étrange."

     Merci aux éditions EdiBitch et au forum Have a break, Have a book pour la découverte de ce texte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire