vendredi 28 mars 2014

Conversation avec un gâteau au chocolat - Martin Page

Conversation avec un gâteau au chocolat, de Martin Page

36 pages
Editions l'école des loisirs, collection Mouche
Parution : Mars 2009
Illustrations : Aude Picault

4ème de couverture :
Comment faire quand vos parents partent éteindre un incendie le jour de votre anniversaire et vous laissent tout seul ? C'est simple, il y a deux solutions : soit vous devenez le spécialiste mondial de l'ennui ou bien vous guettez une rencontre extraordinaire... Comme celle avec un gâteau au chocolat doué de parole. Mais attention, si vous commencez une conversation avec votre gâteau d'anniversaire, il peut devenir difficile de le manger. 
Un livre pour les enfants qui aiment déjà lire tout seuls.


      C’est un soir d’anniversaire. Un petit garçon comme il y en a tant, mange son dîner d’anniversaire avec ses parents. Ces derniers sont pompiers, et se voient dans l’obligation de quitter la table avant le dessert. Le petit garçon reste seul ; et c’est seul et déçu qu’il s’apprête à déguster son gâteau d’anniversaire. Un chouette gâteau, fait selon ses préférences, avec peu de farine et beaucoup de chocolat. Mais au moment de couper dedans, une voix résonne dans la maison. D’où vient-elle ?

     C’est un joli petit livre qui en plus d’amuser les enfants, fait passer un message aux parents. Soyez attentif à la solitude que peut ressentir votre enfant, surtout lorsque vous devez vous absenter et le laisser seul. Peut-être alors cette envie d’avoir un animal de compagnie n’est pas seulement un caprice.
     Un enfant livré à lui-même, sans être vivant à qui parler, même si ce n'est qu'un lapin, se retranche dans son monde à lui, dans sa tête. Il lui manque quelque chose pour s’épanouir et l’accompagner dans la vie.
    Et même si un bon gâteau au chocolat adoucit toutes les peines, il ne peut tout résoudre, car au final, ce n’est qu’un gâteau.

    Et comme toujours, on retrouve dans ce texte l’humour de Martin Page et sa plume toujours aussi affûtée et pleine de justesse. Et le livre est joliment illustré de petites aquarelles toutes mignonnes, aux teintes très douces.

     « J’avais demandé un gâteau au chocolat concentré en chocolat, lourd et compact. Le secret est de ne pas ajouter de farine (je crois que les pâtissiers ont un attachement sentimental à la farine ; quand on leur demande de ne pas en mettre dans un gâteau au chocolat, ils deviennent triste. Mais je n’y peux rien : c’est meilleur comme ça). »


     « Personne n’avait voulu venir à mon dîner. Je ne sais pas pourquoi. Je croyais être un garçon gentil. J’avais même dit à les camarades d’école qu’ils pourraient venir avec leurs animaux domestiques, réels ou imaginaires, et avec leurs plantes d’appartement (pour les présenter à celle de ma mère. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire