mercredi 7 octobre 2015

Plage, disputes et fan-attitude - Julie Forgeron

Le trio infernal, T2 : Plage, disputes et fan-attitude, de Julie Forgeron

98 pages sur ma liseuse
Editions Laska

Parution : Août 2015
Livre électronique

Présentation de l'éditeur :
    Sophia part en vacances à la Grande-Motte avec ses deux meilleurs amis, Estée et Paul. Dès leur arrivée, la cohabitation s’avère compliquée : Paul est trop maniaque de l’avis des deux filles, et celles-ci se crêpent le chignon en plein supermarché.
    Côté cœur, Estée est déterminée à rester seule, tandis que Paul a rapidement repéré un jeune maître-nageur qui lui plaît. Quant à Sophia, elle continue de leur cacher les récentes évolutions de sa vie sentimentale. Mais, lorsqu’elle reçoit un appel surprise d’Antton, elle se retrouve au pied du mur…

    Je vous retrouve aujourd'hui pour vous parler de l'épisode 2 du Trio infernal. Vous pouvez retrouver ma chronique du premier volet ici : Beaux Gosses, Histoire-Géo et Fan-Attitude.

   Comme pour le premier tome, il s'agit ici d'un roman très court, ou d'une nouvelle très longue. Mais nous quittons Nîmes pour partir en vacances à la Grande-Motte : nouveau décor, nouvelle façon de vivre pour nos trois amis, et aussi changement de style d'écriture pour l'auteur. J'ignore pourquoi ce changement ; était-il nécessaire ? J'avoue avoir un peu déploré cette baisse de niveau. J'aurais aimé trouvé un second tome à la hauteur du premier sur le plan littéraire. Etait-ce un choix voulu, pour marquer le relâchement des trois amis en vacances ? En tout cas si dans l'idée cela aurait pu fonctionner, ce n'est hélas pas le cas sur le papier. Dommage.

    Nous retrouvons notre trio assez fidèle à lui-même, toujours haut en couleurs. Mais là aussi j'ai eu l'impression de les voir rajeunir un grand coup, surtout les deux filles (Paul ne me paraissait pas très mature déjà dans le tome 1). Ce relâchement des personnages, permet de mieux faire coller la relation Sohia/Antton, mais me laisse perplexe quand à son métier de professeur. Il y a là aussi quelque chose qui ne fonctionne pas.

   Cela me donne l'impression, que les deux tomes ont été écrits indépendemment l'un de l'autre, avec des personnages semblables, et qu'il a été décidé de les fusionner en une seule série. J'attends avec beaucoup de curiosité ce que va donner la suite.

    Cette histoire peut par contre se lire seule car c'est une entité à par entière. Si vous avez bien suivi, ce que je lui reproche ce n'est pas sa qualité propre, mais le trop grand écart avec le premier tome et la pertinence d'en faire une seule et même série., bref.

   Donc mis à part cela, j'ai passé un agréable moment de lecture en compagnie de ce récit. Il sent bon le monoï et les vacances à la place, il est le type même de livre à glisser sur sa liseuse avant de partir au soleil, ou à dévorer en cas de nostalgie des vacances. Il se lit vite, un après-midi à la plage semble le lieu parfait pour en profiter.

   J'ai bien aimé les peurs et les interrogations qu'a donné l'auteure à Antton, et cette réflexion sur le trouble que peut semer la trilogie Fifty Shades dans la tête de jeunes adolescents, surtout avec la banalisation qui semble se faire des pratiques décrites dans ces livres. Cela l’effraie, il en parle et il a raison. On ne peut qu'encourager les gens dans ce sens. La trilogie ne reflète en rien la réalité des relations sexuelles au sein du couple.

   Je dois avouer que j'attends la suite avec impatience, car ce livre soulève beaucoup de questions et j'ai hâte de savoir comment l'auteur va faire évoluer la situation, car il est clair que ce n'est ici qu'une marche de plus rajoutée à l'escalier, et qu'il en reste encore beaucoup d'autres à monter. Je suis curieuse aussi de savoir quel rôle vont jouer les fans-fictions sur Napoléon au bout du compte.

      "C'est qui ? me questionne Paul.
- Personne.
- Je vois bien que tu es toute contente... Je parie que c'est un homme."

Antton ? Un homme ?
J'avoue que je n'avais jamais songé à Antton en ces termes. Catastrophe ! Je considère mon petit mai comme un garçon, un jeune homme tout au plus. J'ai conscience que je me suis embarquée dans une drôle de relation.

    Je ralentis pour mieux l'observer de loin. Il me fait toujours autant d'effet, surtout avec son bermuda beige, son tee-shirt écru et ... Comble de joie : il porte une paire de petites baskets blanches et non des tongs, même si je reconnais que cela aurait été de saison. Or, je n'y peux rien, moi, les mecs avec des tongs, je trouve ça moche.

    Je me vois à travers ses yeux et je me sens irrésistible. Je n'avais jamais ressenti ça, avec personne.

    Je comprends mieux pourquoi il s'est tant accroché à moi, malgré son physique ravageur et le nombre se nanas qui lui tournent autour. Il n'est pas du tout conscient de son potentiel de séduction.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire