mardi 9 janvier 2018

Mon père n'est pas un escargot - Agnès Lestrade & Amandine Laprun

Mon père n'est pas un escargot, de Agnès Lestrade & Amandine Laprun

64 pages
Oskar Editeur, Collection Ottokar

Parution : Septembre 2017

4ème de couverture :
    Les parents de Prune sont séparés, alors quand son père appelle pour passer des vacances avec elle c'est le bonheur. Surtout lorsqu'elle n'a pas eu de nouvelles de lui depuis quelque temps... mais elle pardonne tout à son père car c'est un artiste. "Il a des doigts d'artiste, une vie d'artiste et un emploi du temps très artistique aussi !"
Et lorsqu'elle apprend que son père n'a plus de maison Prune est désespérée : "Tout à coup, je comprends pourquoi son vélo était chargé comme un baudet. Il porte sa vie sur son dos. Comme un escargot. Sauf que mon père n'est pas un escargot, mais un être humain."
Mais dans la vie les choses finissent souvent par s'arranger d'une manière ou d'une autre... 


    Je vais vous faire un aveu : j'adore le titre de ce livre ! Il a tout ce qu'il faut de mignon pour un livre pour enfant, tout en attisant la curiosité du lecteur.

    Dans ce livre, nous faisons la connaissance de Prune, une jeune fille qui vit avec sa maman depuis le divorce de ses parents. Elle adore son père musicien et déplore de le voir si peu. Si bien que le jour où il lui propose de passer une semaine ensemble en camping elle saute de joie.
    Jusqu'à ce qu'elle comprenne que ce ne sont pas vraiment des vacances, et que ce n'est pas vraiment du camping ... Elle se retrouve à partager un secret trop lourd pour ses épaules d'enfant ; mais une promesse est une promesse ! Alors elle tiendra sa langue jusqu'à ce qu'un de ses camarades de classe comprenne la situation et en quelques mots la dédramatise et lui donne de bons conseils.

    L'expulsion, la perte du foyer, est un sujet rarement abordé dans les livres, surtout ceux pour les enfants, pourtant c'est un sujet qui concernent des centaines de famille chaque année. Alors même si les personnes concernées ne liront jamais les textes qui traitent du sujet, il est intéressant de sensibiliser les enfants à ce sujet car ils pourront un jour y être confronté indirectement. Et ce jour-là, il aura alors un bagage qui pourra lui permettre d'aider et de soutenir son camarade en difficulté.
    Tout comme il est important que l'enfant comprenne qu'avoir un toit au dessus de sa tête n'est pas quelque chose qui va forcément de soi.
    Et comme ce n'est pas un sujet facile à aborder directement, ce genre de livre permet de lui faire découvrir les choses de façon douce mais efficace.

     J'ai beaucoup aimé la façon dont Agnès Lestrade raconte cette histoire. L'angle choisi est à la fois simple et amusant pour le jeune lecteur. Les mots sont bien choisis, et le message clair : un enfant ne doit pas porter seul les secrets de ses parents. Elle invite le lecteur à s'ouvrir aux autres, mais aussi à être attentif à ceux qui gravitent autour de lui et à ne pas être indifférent s'il remarque une situation de souffrance.

    J'ai passé un agréable moment avec ce livre, et je ne saurais que le conseiller aux jeunes lecteurs !

    Ils ont fini par seulement se croiser juste le temps de s'enguirlander. Et puis, ils se sont  décroisés. J’avais cinq ans.

    Tout à coup, je comprends pourquoi son vélo était chargé comme un baudet. Il porte sa vie sur son dos. Comme un escargot. Sauf que mon père n'est pas un escargot, mais un être humain.

    Alors, je dis tout ce que je peux lui dire. [...] Que oui, il me manquait, que sa foutue musqiue nous séparait toujours. Que j'avais un père à rayures. Comme un zèbre, un jour blanc et transparent sans lui, et un jour noir, bien rempli, où il était là pour moi. Et ça, je le pensais vraiment.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire